MEFDD  »  Discours & Allocutions  »  Discours & Allocutions
Discours & Allocutions
07.10.2015

Intervention du Ministre Henri DJOMBO à la concertation Francophone de Haut Niveau sur la promotion de l’économie verte dans l’espace francophone.


Intervention du Ministre à New-York, le 28 septembre 2015

 

Madame la Secrétaire Générale de la Francophonie,

Mesdames et Messieurs les Ministres,

Mesdames et Messieurs,

C'est un honneur pour moi de prendre la parole à cette concertation de haut niveau sur le thème "La Promotion de l'Économie verte dans l'espace francophone", qui vise à mobiliser la communauté francophone pour l'adoption et la mise en œuvre de l'agenda de développement Post 2015 et des ODD, organisée en marge de l'Assemblée Générale des Nations Unies. Je remercie l'OIF de m'y avoir associé.

La Conférence des Nations Unies sur le Développement Durable, dite Conférence de Rio+20, avait recommandé à tous pays du monde de promouvoir l'économie verte pour atteindre le développement durable. Les Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine avaient entériné cette recommandation et exhorté les pays membres à intégrer l'économie verte dans les politiques et stratégie de développement durable en vue de lutter contre la pauvreté et le changement climatique.

La communauté francophone devrait saisir les opportunités qu'offrent les crises planétaires actuelles, notamment les crises financière, énergétique, alimentaire, de l'eau et de l'emploi, accentuées par les changements climatiques, pour restructurer fondamentalement les économies des pays respectifs afin de promouvoir l'économie verte et stimuler une croissance verte et inclusive.

Dans l'espace francophone, les opportunités sont tout aussi nombreuses et les conditions d'une diversification économique basée sur des programmes à faibles émissions de GES et économes en matières premières, en énergie et en déchets, s'y prêtent. La mise en œuvre de ces programmes permet le développement d'entreprises vertes et d'un artisanat vert, la création d'emplois décents et l'appui à la Recherche-Développement.

Je m'appesantirai sur le cas de l'Afrique Centrale dans mon exposé que je voudrais plus pratique.

En effet, la majorité des pays du Bassin du Congo est d'obédience francophone. Ces pays possèdent des atouts pour la diversification de leurs économies et la transition vers l'économie verte.  Le bassin du Congo est doté d'une biodiversité riche et abondante et d'un réseau hydrographique important. Il abrite également des écosystèmes marins et côtiers, des mangroves et d'autres écosystèmes spéciaux comme les montagnes, les lacs, les lagunes et autres.

Pour promouvoir l'économie verte, les Chefs d'Etat et de Gouvernement la Communauté Économique des États d'Afrique Centrale ont adopté, en 2011, un programme d'appui au Développement de l'Economie Verte pour leur sous-région avec des programmes sectoriels. Ils ont également créé le Fonds pour l'Économie Verte d'Afrique Centrale, logé à la Banque de Développement des États de l'Afrique Centrale dont le siège est à Brazzaville.

Parmi les programmes sectoriels adoptés et qui attendent les appuis des partenaires techniques et financiers incluant la Banque Mondiale, l'Union Européenne, la Banque Africaine de Développement, le FIDA, le FFBC, etc., ainsi que des mécanismes nationaux et internationaux de financement de l'économie verte, figurent : l'hydroélectricité, l'eau, les déchets, la bioénergie, la gestion durable des forêts naturelles, l'écotourisme, les aires protégées, le reboisement, l'énergie solaire, le bois et l'éco-construction, les produits forestiers non ligneux, etc.

Dans le cadre du partenariat public-privé, toutes les parties prenantes sont impliquées dans la promotion de projets concernant ces différents programmes : l'État, le secteur privé, les ONG et Associations impliquées dans les activités vertes.

Les préoccupations environnementales de la République du Congo figurent au cœur de ses défis prioritaires, qui visent la réduction de la pauvreté et une gestion durable des ressources naturelles renouvelables. Avec le concours de l'Organisation Internationale de la Francophonie, le pays vient de se doter d'une stratégie nationale de développement durable, comme document de référence de planification sur un terme de 10 ans, mettant en cohérence les stratégies sectorielles.

La promotion de l'économie verte au Congo couvre presque tous les secteurs d'activités, y compris l'agroforesterie, la conservation de la biodiversité, l'agriculture durable, le développement des infrastructures de base, la transformation plus poussée du bois, le développement de la cogénération, etc.

Le Congo s'est également engagé dans le processus de Réduction des Emissions de gaz à effet de serre résultant de la Déforestation et la Dégradation des forêts, incluant la gestion durable des forêts, la conservation de la biodiversité et l'augmentation des stocks de carbone (REDD+). Une stratégie nationale REDD+ a été adoptée ainsi que les sauvegardes environnementales et sociales. Ce processus aboutira prochainement à l'élaboration d'un Plan National d'Affectation des Terres.

Dans le cadre de l'atténuation, le Congo a lancé un programme de plantation de 1 000 000 d'ha. de forêts entre 2011 et 2020, en associant l'État, le secteur privé, les collectivités locales, les donateurs et les bailleurs de fonds.

La transition vers l'économie verte est une opportunité de croissance économique pour tous les pays, y compris les francophones. Elle requiert cependant : 

  • des mécanismes de financement durables et adaptés. À cet effet, c'est le lieu de souhaiter que le ressourcement du fonds vert pour le climat permette de disposer de ressources suffisantes et qu'un fonds vert soit mis en place dans toutes les régions du monde, dans les sous-régions et dans les pays (dans un projet de loi portant gestion durable de l'environnement, le Congo prévoit un tel dispositif), ainsi que l'aboutissement d'autres mécanismes novateurs, afin que l'on dispose d'instruments appropriés d'appui aux projets verts, avec des procédures souples et accessibles ;
  • le transfert des technologies adaptées ;
  • la coopération Sud-Sud et Nord-Sud ;
  • le renforcement des capacités ;
  • la mise en place de cadres fiscal, juridique et réglementaire favorables.

Actualités



5ème édition de la foire aux plants : 40 868 757 FCFA générés

Les lampions de la 5ème édition de la foire aux plants, lanc

...

Gouvernance forestière : Rosalie MATONDO et Giacomo DURAZZO confiants sur le processus FLEGT

La 14ème réunion du Comité Conjoint de Mise en œuvre (CCM) d

...
Mai - 2022
D L M M J V S
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31