MEFDD  »  Discours & Allocutions  »  Discours & Allocutions
Discours & Allocutions
27.10.2014

Discours de M. le Directeur de Cabinet du MEFDD à la cérémonie de présentation des voeux de nouvel an à M. le Ministre de l'Economie Forestière et du Développement Durable


Le Directeur de Cabinet, Monsieur Michel ELENGA présentant ses vœux de nouvel an

Monsieur le Ministre de l’Economie Forestière et du Développement Durable;

Messieurs les représentants des organisations du système des Nations Unies ;

Monsieur l’Inspecteur Général des services de l’Economie Forestière et du Développement Durable ;

Messieurs les Directeurs Généraux de l’Economie Forestière et du Développement Durable ;

Madame et Messieurs les Directeurs des structures sous tutelle ;

Mesdames et Messieurs les Directeurs Généraux des Sociétés Forestières ;

Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations non Gouvernementales;

Cadres et Agents du Ministère de l’Economie Forestière et du Développement Durable ;

Distingués invités ;

Mesdames et Messieurs, 

Ce jour particulier de ce mois qui marque le début de l’année 2013, nous donne l’occasion de nous retrouver avec notre Chef de Département, Monsieur Henri DJOMBO, Ministre de l’Economie Forestière et du Développement Durable, pour faire le bilan de notre action commune de l’année qui vient de s’achever ; et  aussi pour recevoir de lui des orientations utiles pour consolider notre programme d’activités de l’année 2013.

Mais, avant de dérouler tout ceci, je voudrais rappeler à l’assistance ici présente que l’année 2012 s’en est allée de façon tragique pour nous. En effet, dans la nuit du 30 au 31 décembre 2012, alors que nous nous préparions à fêter dans l’allégresse la nouvelle année,   nous avons été informés de l’explosion survenue à bord du canot rapide de Monsieur le Ministre qui transportait certains de ses invités à Enyellé.  Le siège sur lequel s’assied Monsieur le Ministre lorsqu’il est à bord a été littéralement soufflé par  la déflagration. L’un de ses gardes de corps a été tué sur le coup.

C’est pourquoi, je voudrais respectueusement vous inviter, Monsieur le Ministre et distingués invités, en vos rangs, qualités et grades,  à observer une minute de silence en mémoire du regretté sergent Armand ONDONGO.

Monsieur le Ministre,

Le rapport bilan qui va vous être présenté s’articule autour des principales orientations du Gouvernement contenues dans le « Chemin d’avenir », programme du Président de la République, notamment sur ses axes et options stratégiques qui se rapportent à l’Economie Forestière et au Développement Durable, nos secteurs d’activités.

Dans le cadre de l’Economie Forestière, nous mettrons un accent particulier sur l’ensemble des actions concrètes qui portent sur :

  • la gestion durable des ressources forestières ;
  • la  conservation de la biodiversité ;
  • les plantations forestières et agro forestières ;
  • la gouvernance et la légalité forestières ;
  • la participation aux réunions internationales.

S’agissant de la gestion durable des ressources forestières, le Département a maintenu le cap en encourageant les sociétés forestières à faire valoir les acquis de la République du Congo, en matière d’élaboration des plans d’aménagement des concessions forestières, de réalisation des inventaires d’exploitation avant l’ouverture de toute coupe annuelle, de planification et de gestion rationnelle des assiettes annuelles de coupes des chantiers forestiers en cours d’exploitation.

La superficie du domaine forestier national déjà aménagée vient de s’agrandir avec le plan d’aménagement de l’UFA IPENDJA qui a été validé en comité interministériel en 2012. Ce qui porte la superficie forestière aménagée à environ 5.000.000 d’hectares et maintiendra notre pays dans la position de leader des pays forestiers ayant la superficie la plus élevée de forêt tropicale humide aménagée et certifiée sur la base des plus hauts standards.

Les documents de préparation des plans d’aménagement des UFE du Sud Congo commencent à être validés par le Projet d’Appui à la Gestion Durable des Forêts du Congo,  PAGEF en sigle.

Le Centre National d’Inventaire et d’Aménagement des Ressources Forestières et Fauniques (CNIAF)   entré dans sa phase d’opérationnalité effective. Il dispose aujourd’hui  d’un laboratoire de géomatique performant et a acquis une expérience appréciable, grâce à la mise en œuvre de nombreux  projets avec des organismes partenaires tels que l’OIBT, la FAO, l’AFD, le Fonds Forestier du Bassin du Congo, le Fonds Africain de Développement.  

Depuis le mois de Mai 2012, le CNIAF met en œuvre le Projet « Inventaire Forestier National », sur financement du Fonds Forestier du Bassin du Congo (FFBC), don de certains partenaires occidentaux,  et particulièrement la Grande Bretagne et la Norvège.

Le don de 5 millions d’Euros, soit 3,2 milliards de Francs CFA, accordé par l’Agence Française de Développement, pour soutenir les efforts de la République du Congo dans la mise en œuvre de son programme d’aménagement forestier durable des concessions forestières du Sud et du Centre du pays, entre dans sa troisième année d’exécution. D’ici deux ans,  environ 5 millions d’hectares de forêts denses seront ainsi aménagés.

Dans le domaine des plantations forestières, le Programme National d’Afforestation et de Reboisement (PRoNAR) poursuit les objectifs que lui a fixés le Président de la République, notamment la plantation de 1 million d’hectares de forêt, d’ici à 2020.

Cette ambition bien mesurée se justifie avec les progrès que notre pays a réalisés en matière de clonage des Eucalyptus.

Le Service National de Reboisement a réalisé les activités suivantes :

  •  l’implantation des nouvelles stations de reboisement à EWO et à KINKALA ;
  • la production de 2 183 825 plants forestiers et fruitiers ;
  • la mise en place de 200 ha de plantations forestières ;
  • les entretiens réalisés sur 500 ha de plantations;
  • la production expérimentale des huiles essentielles d’eucalyptus citriodora dans le cadre de la mise en œuvre du projet OIBT 364/05.

Le 13 juin 2012 un accord de financement a été signé entre la République du Congo et l’Association Internationale de Développement pour mettre en œuvre  le projet Forêt et Diversification Economique.

Ce  projet est en phase de préparation pour remplir les conditions de son entrée en vigueur ; la loi y relative ainsi que le décret d’application étant déjà publiés au Journal Officiel.

En matière de Gouvernance Forestière, l’année 2012 a permis à notre Département d’enregistrer des progrès  bien perceptibles à travers, notamment :

  • la ratification par le parlement Congolais de l’accord de partenariat volontaire (APV) sur l’application des réglementations forestières, la gouvernance et les échanges commerciaux (FLEGT) ;
  • la finalisation des travaux de révision du code forestier dont l’avant projet  sera soumis au Parlement au cours de cette année ;
  • la réalisation des tests sur les premiers outils techniques de gestion des systèmes nationaux de traçabilité et de légalité forestière, pour la mise en œuvre des dispositions de l’APV, signé avec l’Union Européenne. A ce titre, l’administration forestière,  ensemble avec les usagers du secteur de l’exploitation des produits forestiers de la République du Congo, se prépare à intégrer ces approches administratives et techniques.

Monsieur le Ministre,

Dans le domaine de la transformation industrielle des bois, les actions engagées sous votre impulsion, commencent à porter des fruits.

En effet, tous les industriels du secteur forestier proposent dans le cadre des plans d’aménagement forestier durable, des plans d’industrialisation plus intégrés et mieux adaptés au contexte  international qui  exige une valorisation plus poussée du bois et une amélioration de la capacité opérationnelle des unités de transformation installées sur notre territoire.

La réalisation du projet « Ecoles des métiers du bois et de la forêt » va permettre d’améliorer le niveau des formations qualifiantes et de doter le pays d’une main d’œuvre de meilleure qualité à court et à moyen terme.

Le programme de construction des maisons en bois se poursuit, au regard de nombreuses commandes que ne cessent d’enregistrer les sociétés forestières qui ont commencé à fabriquer et commercialiser ces produits à titre expérimental. Cette initiative, qui a fait l’objet d’une démonstration éloquente à Ewo et à Pointe-Noire, au cours de l’année 2011, sera développée en 2013.

Les statistiques en matière de production et de commercialisation des bois  de l’année qui vient de s’achever sont disponibles et peuvent êtres consultées auprès de l’administration forestière.

Pour ce qui est de la valorisation des Produits Forestiers Non Ligneux, connus sous le sigle de PFNL, de nombreux programmes sont en cours. Les PFNL représentent  un enjeu majeur, dans la mesure où leur mise en valeur peut induire une croissance réelle en milieu communautaire et contribuer efficacement à la lutte contre la pauvreté.

Dans cette optique, nous avons renforcé notre coopération avec plusieurs pays, la Chine et la Belgique, entre autres. De nombreuses missions effectuées dans ces pays nous permettent de conforter notre conviction. Le bénéfice que nous en tirons est on ne peut plus significatif et nous ouvre de perspectives qui chantent.

Dans le domaine de la conservation de la biodiversité, la République du Congo, qui a déjà converti 11% du territoire national en aires protégées, vient de promulguer la loi créant l’Agence Congolaise de la Faune et des Aires Protégées (ACFAP). Cette agence à caractère technique et scientifique, se chargera de la mise en œuvre de la politique nationale de  gestion de la faune et de la flore.

Au cours de l’année 2012, le secteur de la faune et des aires protégées a connu un essor sans précédent, avec :

  • l’inscription du parc national de Nouabalé Ndoki, composante du Tri National de la Sangha (TNS), au patrimoine mondial de l’UNESCO;
  • la création des Comités de lutte anti braconnage ;
  • le classement de l’Aire Protégée de TOKOU PIKOUNDA, dans le secteur de l’UFE Pikounda Sud ;
  • la mise en route du programme d’appui au développement de l’écotourisme au Parc National d’Odzala-Kokoua (PNOK) ;
  • le lancement du projet sur la gestion durable du secteur de la faune et de la viande de brousse.

Moyennant quoi, il est apparu la nécessité de créer une Direction Générale de la Faune et des Aires Protégées dont l’objectif principal est de gérer plus efficacement ce secteur, qui sera désormais détaché de l’économie forestière.

Monsieur le Ministre,

En ce qui concerne le Développement Durable, dont le caractère transversal a du mal à se départir des axes précités, nous mettrons un accent particulier sur l’ensemble des actions concrètes portant sur :

  • l’organisation des conférences et fora sur l’économie verte et le développement durable ;
  • le processus REDD+ ;
  • la mise en œuvre des conventions, accords et traités sous-régionaux, régionaux et internationaux.

L’année 2012 a connu l’organisation de quelques activités majeures, à savoir :

  • la Conférence des Ministres de la CEEAC sur l’Economie Verte ;
  • le Forum Green Business à Pointe-Noire ;
  • la 10ème Conférence des Parties à la Convention d’Abidjan.

Dans le cadre du processus REDD+, qui porte sur  les efforts de Réduction des Emissions liées à la Déforestation et la Dégradation des forêts, de Gestion durable des Forêts, de Conservation de la Biodiversité et d’Accroissement des stocks de carbone, la République du Congo a connu en 2012 trois événements importants. Il s’agit de :

  • l’approbation par le Conseil d’Orientation de l’ONU-REDD du Plan de Préparation de la République du Congo à la REDD+ ;
  • la signature du Programme National ONU-REDD de la République du Congo, par l’ensemble des organismes internationaux mandatés à cet effet ;
  • l’organisation à Brazzaville du 13ème Comité des Participants du Fonds de Partenariat pour le Carbone Forestier (FCPF), de la 5ème Assemblée Générale du FCPF et de l’ONU REDD et du 9ème Conseil d’Orientation de l’ONU REDD.

Les visites de terrain qui ont été organisées dans le sanctuaire de gorilles de Lesio Louna et, à Pokola, dans une concession forestière aménagée et certifiée, ont permis à tous les délégués internationaux de réaliser l’approche choisie par notre pays, pour asseoir de solides bases de gestion durable des concessions forestières et des aires protégées.

Les fondements du Forum sur le développement durable ont été posés avec les réunions qui ont regroupé les Préfets et Présidents des conseils départementaux avec les cadres de certains ministères concernés.

Monsieur le Ministre,

Mesdames et Messieurs,

En septembre dernier était intervenu le réaménagement du Gouvernement de la République. Avant cette date, le secteur de l’Environnement était rattaché à notre département. Nous avons récolté des succès importants dans ce domaine. J’en citerais volontiers la publication de la loi-cadre sur l’environnement et l’aboutissement des plusieurs études d’impacts environnementaux.

Au plan de la communication et de la vulgarisation, notre département  s’est attelé au cours de l’année 2012 à promouvoir la visibilité de son action notamment à travers :

  •  le site Web qui sera officiellement présenté dans les prochains jours ;
  • et les logiciels de gestion de certains programmes.

Dans le domaine de la coopération internationale, l’action du Département a été vivement marquée par la participation aux réunions et conférences internationales au cours desquels la voix du Congo a toujours été sollicitée. Notre pays est devenu une véritable source d’inspiration pour les actions et initiatives qui concourent à faire avancer les débats au plan international.

L’Afrique qui a opté pour l’économie verte, définie par les spécialistes comme l’économie la moins carbonée et la moins consommatrice de matières premières et d’énergie, avait désigné Son Excellence, Monsieur Denis SASSOU NGUESSO, comme Coordonnateur et Porte parole de la position commune africaine à la Conférence des Nations Unies sur le Développement Durable, tenue en Juin 2012, à Rio de Janeiro, au Brésil.

C’est une mission que le Chef de l’Etat a accomplie avec honneur et pour laquelle la participation des cadres du département a été conséquente, voire déterminante.

Monsieur le Ministre,

Tous les agents du Ministère et nos différents partenaires conviennent avec moi que vous avez accompli, en 2012, un excellent travail, au double plan international et national. Nous n’en voudrons pour preuves que les nombreux témoignages recueillis auprès des organismes internationaux.

Nous savons compter sur vous, aux côtés de Son Excellence, Monsieur le Président de la République, pour faire aboutir la signature de l’accord de coopération entre les trois bassins forestiers tropicaux du monde.

L’année 2012 a aussi connu la mise en œuvre effective de la formation militaire des agents du corps des eaux et forêts.  Celle-ci  a eu lieu à Kouala-Kouala et a permis la mise sur pied de la première compagnie des agents du corps des eaux et forêts.

Cette formation va se poursuivre cette année par le casernement, dans les prochains jours, de 100 autres agents.

 Monsieur le Ministre,

Tous ces résultats ont été obtenus dans un contexte caractérisé par un déficit en personnel qualifié, qui affecte fortement notre Département, mais aussi par des difficultés sans précédent que nous avons connues dans le décaissement de nos crédits de fonctionnement.

Ce bilan, qui est loin d’être exhaustif, ne présente qu’une synthèse des grandes lignes qui sont détaillées dans le rapport d’activités 2012 du ministère.

Monsieur le Ministre,

Je voudrais revenir sur la tragédie que vous avez connue – que nous avons tous connue – en décembre, et que j’ai évoquée en début de mon propos, pour dire que, face à l’adversité et aux menaces de toutes sortes qui vous visent personnellement, de quelque manière que ce soit, vous pouvez compter sur le soutien sans faille de l’ensemble de vos collaborateurs. En témoigne leur mobilisation spontanée le jour de votre retour d’Impfondo.

Sur ce, je vous adresse au nom de l’ensemble du personnel du Ministère de l’Economie Forestière et du Développement Durable, et en mon nom personnel, nos vœux les meilleurs de santé et de bonheur familial ainsi que de plein succès, dans la conduite des affaires de ce Département.  Le ministère de l’Economie Forestière et du Développement Durable, faut-il le rappeler, est un département à caractère para militaire. C’est ainsi que les cadres et agents ici rassemblés attendent vos instructions, pour dire d’une seule et même voix : « A vos ordres, Monsieur le Ministre !»

Bonne année 2013, Monsieur le Ministre,

Je vous remercie.


Actualités



5ème édition de la foire aux plants : 40 868 757 FCFA générés

Les lampions de la 5ème édition de la foire aux plants, lanc

...

Gouvernance forestière : Rosalie MATONDO et Giacomo DURAZZO confiants sur le processus FLEGT

La 14ème réunion du Comité Conjoint de Mise en œuvre (CCM) d

...
Mai - 2022
D L M M J V S
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31